samedi 18 mai 2013

Celle que je suis - Vanyda


Quatrième de couverture

Même si cette année, Valentine n'a aucune copine dans sa classe, elle sait où retrouver les bons amis dont elle partage les centres d'intérêt : au club manga, au hip-hop...Mais si, en plus, cette année, elle retrouvait d'anciennes connaissances ?


Que dire ?

Ce troisième tome prend un tournant intéressant.  Bien des choses vont venir alimenter cette année scolaire : le retour de quelques personnages (dont Julie qui va permettre de recréer des liens entre Émilie et Valentine), de nouvelles activités mais aussi de nouveau problèmes. Yamina s'éloigne à cause de son petit ami, des réformes scolaires menacent le fonctionnement de l'établissement, etc...

Après une nuit passée avec un inconnu, Valentine semble être mue d'une force et d'une volonté de vivre nouvelles. La première scène nous la présente en train de réorganiser sa chambre, signe d'un profond changement dans l'état d'esprit de la jeune fille. Son look change encore car elle laisse toujours ses cheveux pousser, elle porte plus souvent des vêtements qui lui vont bien, sans superflu.
Et les choses ne vont pas s'arrêter là ! Valentine s'impose et râle. Elle qui ne s'est jamais ouvertement plaint de quoi que ce soit, la voilà qui exprime son mécontentement de se voir abandonnée par Yamina. La jeune fille au panda montre franchement son envie de prendre les décisions, de choisir plutôt que de subir. Elle finit par servir d'exemple à une camarade de classe, elle aussi en manque de confiance en elle.

Du point de vue sentimental, Valentine n'a pas de quoi s'ennuyer non plus. Entre Félix qui est de nouveau célibataire et un soupirant un peu collant, Valentine finit par trouver une relation fusionnelle auprès d'un ancien camarade de classe. Avec lui, elle va revenir sur ses années de collège et découvrir des qualités qu'elle ne pensait pas avoir. Elle trouve une oreille attentive, une personne qui l'aime pour ce qu'elle est et qui prend plaisir à la voir s'épanouir. Il y a certaines quelques moments difficiles mais sans grave conséquence.
Le fait que Félix soit si vite évincé par le nouveau me conforte dans l'idée qu'il s'agissait plus d'une amourette mise en scène pour y avoir quelques sentiments mais aussi pour souligner l'évolution de Valentine qui finit par lâcher-prise le concernant.

Comme je l'ai mentionné plus tôt, Émilie revient dans le groupe. Elle quitte peu à peu son rôle de grande fille qu'elle a endossé à son arrivée au lycée. Elle retourne aux sources, auprès de ses anciennes amies, pour y retrouver une amitié simple et sincère, loin des comédies superficielles des filles de sa classe.

La fin du tome (et de la trilogie) finit sur une note légère, un futur prometteur. Valentine se débarrasse de ses derniers démons, des derniers souvenirs désagréables.


Bref !

Ai-je besoin de dire que c'est, une fois encore, un coup de foudre ? J'espère que non, je n'aime pas me répéter ;) Je conseille cette BD à celles et ceux qui aiment les histoires simples, sincères et un style épuré. Le noir et blanc pourrait rebuter certains mais je trouve qu'ici, c'est très bien géré. On est loin du style manga, les ombres et lumières créent des ambiances variées.
Je sais que certains trouveront cette BD ennuyeuse car elle raconte un quotidien connu de beaucoup de gens. C'est justement cette proximité avec la réalité qui m'a plu, surtout que je me vois parfois dans le personnage de Valentine. Ceux qui apprécieront cette BD seront sans doute ceux qui, comme moi, s'y reconnaissent.
Je fais une petite parenthèse sur les couvertures de la trilogie qui résument très bien l'ambiance générale. Tout d'abord allongée par terre sur le tome 1, Valentine semble démunie, un peu perdue, à l'écart de ses amies. Sur le tome 2, elle est assise sur un banc et tourne le dos aux autres personnages représentés. Elle a encore l'air perdue mais le passage de la position couchée à assise est déjà la preuve d'une évolution. Le tome 3 la montre debout, souriante et tenant la main d'un garçon dont on ne voit pas le visage.
Chaque couverture comporte des couleurs différentes : rose pour la première (aspect enfantin), violet pour la deuxième et couleurs plus vivantes pour le troisième. En somme, j'aime ces BDs aussi bien pour l'intérieur que l'extérieur :)


Une page


(Petite parenthèse)

Je souhaite faire une remarque sur la version couleur de la BD. Je trouve cette décision dommage. J'ai déjà pu avoir un aperçu du résultat et il est franchement bon. Ce n'est pas la couleur en soit que je trouve dommage, ce sont les conséquences.

Déjà parce que la trilogie est éclatée en six tomes, au lieu de trois. La trilogie coupe la vie de Valentine selon le rythme scolaire, ce que je trouvais être une bonne idée puisque nous la voyons le plus souvent au collège ou au lycée. C'est ce qui rythme sa vie, je trouvais normal que cela rythme la BD également. Cette division doit être sans doute une décision commerciale. La couleur rend les BDs plus chères, évidemment :/ (ex : le tome 1 en couleur est à peine moins cher que le tome 1 en noir et blanc, alors qu'il représente à peu près la moitié du contenu de ce dernier).

Ensuite, la BD a été renommée. Des trois titres détaillants les trois étapes de l'évolution du personnage, on se retrouve avec "Valentine, tome X". Mouais, je trouve que cela a moins d'intérêt, la BD est complètement recentrée sur Valentine. Certes, elle est le personnage principal mais je trouve que les titres de la trilogie s'appliquent à d'autres personnages (Gaëlle par exemple). Changer de titre efface ces personnages mais aussi cache l'essence de l'histoire (l'évolution d'une jeune fille en recherche d'identité, une fille qui apprend à se connaitre). Je me doute que c'est une volonté de séparer couleurs et noir/blanc. Je rappelle que je ne critique pas cette décision, juste les conséquences.

Enfin, je trouve que la couleur, aussi bonne soit-elle, fait perdre à la BD tout son charme premier. L'aspect noir et blanc est ce qui me plait le plus, je trouve qu'il se suffit à lui-même. Toute sa force réside dans sa capacité à rendre le récit vivant malgré la difficulté du manque de couleur. De plus, cela fait penser à un manga, une des passion des personnages.

Bref, je trouve ça dommage. Même si je ne manquerais pas de m'intéresser à la version couleur, je pense que j'aurais toujours une préférence pour le noir/blanc.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire