mercredi 25 janvier 2017

Sortir de l'auberge, tome 1 : Mener des parties de JdR - Auteurs multiples

Photo tirée de la page Lapin Marteau

Quatrième de couverture (extrait)
« Mener des parties de jeu de rôle est un recueil d'articles de conseils destiné à celles et ceux qui ont déjà l'occasion d'être meneur ou qui se destinent à le devenir. Écrit par dix-huit auteurs reconnus aux profils très variés, cet ouvrage aborde la plupart des aspects de la création et de l'animation de parties, quel que soit le jeu pratiqué. » 

Que dire ?

Comme je l'ai précisé dans l'article précédent, je reste novice dans le domaine du JdR. J'ai joué plusieurs années sur Edenya, un JdR par correspondance qui demandait un gros travail d'écriture et très peu de lancers de dés de la part des joueurs mais qui regroupait tous les éléments d'un JdR classique : fiche de personnage, histoire, compétences, métiers, etc.
Par contre, cela ne fait qu'un an et demi que je joue sur table. Maîtriser des parties est un projet que j'ai en tête depuis un moment mais je tiens à avoir plus d'expérience en tant que joueuse avant de me lancer dans l'activité Ô combien complexe de la maîtrise de parties.
Depuis un an et demi, je glane déjà des informations auprès d'amis MJ avant ou après une table mais je reste généralement sur ma faim de ne pas pouvoir en discuter en détails.

Quand je suis tombée sur ce livre en visitant le rayon JdR de ma boutique de jeux favorite, le titre m'a alors intriguée et je l'ai feuilleté, curieuse de voir ce qu'il pouvait bien offrir comme contenu. J'étais d'avis qu'être MJ demandait surtout de l'imagination et du charisme, deux choses qu'on pouvait difficilement apprendre dans les livres.
J'ai donc parcouru le sommaire et pu constater que cet ouvrage recouvrait presque tout ce qui touchait la préparation et maîtrise de parties : organisation au sens strict du terme (choix du lieu, repas), création de scénarii, incarnation de PNJ, animation de combat... mais aussi des sujets moins récurrents comme l'ajout de musique pour l'ambiance ou le jeu à distance.
Je me suis alors rendue compte que la maîtrise demandait à prendre en compte plus de paramètres que je ne le pensais et j'ai alors acheté ce livre pour en savoir plus.

Le premier point fort du livre est que les articles se succèdent de façon logique tout en proposant une difficulté croissante. Je suis passée d'un article à un autre sans me sentir perdue et j'ai pu lire tout l'ouvrage d'une traite.
L'autre point fort tient en la multitude d'auteurs. Hommes, femmes, auteurs, scénaristes, rôlistes, traducteurs, concepteurs de jeu... Bref, tout un panel d'expériences diverses concentrées en 400 pages. Pourtant, le livre n'a pas la prétention de couvrir tout le sujet et offre quelques liens et supports externes pour approfondir certains aspects. Il se termine par une conclusion ouverte, donnant des conseils sur « Continuer à s'améliorer ».

Concernant la quantité d'informations qui découle de toutes ces expériences partagées, cela peut faire peur au premier abord (400 pages, comme je l'ai dit !) mais on s'y retrouve facilement avec des titres clairs et concis, ce qui facilite la recherche dans le sommaire.
Des encarts et tableaux mettent en lumière certaines notions ou détails à retenir. Chaque chapitre propose également une fiche de synthèse qui regroupe les points les plus importants et qui peuvent servir de référence pour obtenir rapidement une réponse. Il n'est pas nécessaire de lire ou relire les chapitres pour comprendre ces fiches mais il est parfois bon de revoir les détails.

Le petit bonus est l'initiative d'avoir accorder le mot « joueur » au féminin dans plusieurs articles. Ce choix découle de la volonté de l'éditeur de jouer son rôle dans l'image de la communauté du JdR et sur la façon dont elle traite certains de ses membres. C'est inhabituel, ça « râpe » un peu du point de vue de certains mais c'est la raison pour laquelle il est important de le faire, selon les éditeurs.
J'ai trouvé cette idée appréciable mais j'avoue que j'ai eu un peu de mal à m'y faire.

Après le contenu, je vais m'attarder quelques lignes sur le contenant. La couverture est épaisse, très rigide, ce que je trouve pratique car j'ai tendance à transporter mes livres de JdR un peu partout dans un vieux sac à dos. C'est donc agréable de constater que la couverture est prête à supporter bon nombre de voyages.
Pour ce qui est du graphisme, je trouve la couverture sobre. Le choix du noir et blanc donne un aspect classique rehaussé par la touche de rouge du titre et la bordure « taches de peinture » de l'illustration (le seul choix graphique que je ne peux expliquer clairement).
Le papier est apparemment recyclé (ou en tout cas la qualité en rappelle la texture) mais il reste plutôt agréable au toucher. La couleur contraste avec la couverture bien blanche. Le tout m'évoque un peu le vieux manuscrit aux pages jaunies par le temps.


En résumé...

Un coup de cœur ! Je trouve que la prolifération d'informations et la présentation claire plairont aux novices qui, comme moi, ont des dizaines de questions sur le sujet. Le livre donne des conseils sur des détails auxquels je n'avais pensé jusqu'à présent (comme le choix du lieu ou l'adaptation de scénarii d'univers différents). Je suis assez contente de mon achat et je connais certains MJ débutants à qui je le recommanderai. C'est avec impatience que j'attends les deux autres ouvrages prévus, en particulier la « boite à outils du MJ ».
Cependant, je suis bien consciente que lire ce livre ne suffira pas pour faire de moi une MJ hors pair. Il reste certaines choses qui ne s'apprennent qu'avec la pratique mais ce livre est pour moi une bonne base de réflexions et de préparation.
La bonne organisation sera sans doute plus utile pour les MJ expérimentés ayant besoin de revoir une notion un moment donné, ou souhaitant s'améliorer dans un domaine précis. Par contre, je me demande si l'ensemble de l'ouvrage leur sera vraiment utile.

Citation


« Ce recueil est donc le premier paru dans la collection Sortir de l'auberge et son objectif est d'aider les lectrices et les lecteurs à prendre du recul sur leurs pratiques et à s'améliorer en tant que MJ. Loin de proposer une formule magique ou d'imposer un « one best way » de la pratique du JdR, son but est de leur fournir les clés nécessaires pour qu'ils puissent faire leurs propres choix, en toute connaissance de cause, et en ayant pleine conscience des choix créatifs qui s'offrent à eux. » (p. 9, Édition Lapin Marteau, 2016).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire